Rate this post

En cette fin d’année 2022, on a  dressé une liste des défis de culture Indoor courants que les cultivateurs doivent relever pour obtenir un succès continu.

Les bases de la culture du cannabis :9 conseils pour réussir

De la reproduction à la planification des affaires, voici quelques conseils clés que les cultivateurs devraient prendre en compte pour réduire les risques et maximiser les profits de leurs opérations.

Prévention des infections

Tout le monde sait, a lu ou s’est fait dire à maintes reprises qu’il faut mettre les clones en quarantaine avant de les introduire dans un environnement exempt de parasites et de maladies. Pourtant, on entend encore parler d’installations de très grande envergure qui ont été infectées par des acariens ou des russets à la suite de l’introduction de clones infectés. Certains cultivateurs et employés d’installations ne se décontaminent pas complètement ou ne changent pas de vêtements après avoir travaillé dans un environnement de quarantaine.

CONSEIL 1 :

La meilleure solution pour éviter d’infecter votre installation lors de l’introduction de nouveaux produits génétiques est d’utiliser la culture tissulaire pour tous les spécimens que vous introduisez dans un environnement propre. La culture tissulaire, ou culture de méristème, est le seul moyen de garantir que vous partez d’un stock propre.

CONSEIL 2 :

La meilleure option suivante est de disposer d’un environnement de quarantaine hors site, qui permet de compartimenter les nouveaux spécimens afin de les séparer des autres. Certains mettent en quarantaine ces produits génétiques au même endroit où ils sont cultivés ou à proximité, mais c’est risqué, car ils ne devraient jamais être à proximité les uns des autres, sauf s’ils sont considérés comme totalement exempts de parasites et de maladies.

CONSEIL 3 :

Testez en laboratoire tous les spécimens qui sont exempts de parasites et de maladies pour détecter l’oïdium et enregistrez-les au microscope. Revoyez la vidéo sur un grand écran afin de pouvoir détecter plus facilement les parasites ainsi que leurs larves, œufs ou excréments. Il s’agit d’une étape critique car les acariens larges ou les acariens roussâtres peuvent être dévastateurs pour une exploitation.

CONSEIL 4 :

Le seul traitement sûr une fois qu’une épidémie est confirmée est de détruire toutes les plantes, de désinfecter l’ensemble de l’installation et de repartir à zéro, en espérant avoir réussi à préserver la bibliothèque génétique grâce à des spécimens de culture de tissus. Sachant que le cannabis infecté n’a aucune valeur, il est tout à fait logique qu’un cultivateur fasse tout son possible pour être et rester à l’abri des parasites et des maladies. Outre l’évidence de ne pas introduire de génétique infectée sous la forme de clones infestés, de décontamination personnelle et de changement de vêtements, il existe quelques autres points de prévention.

CONSEIL 5 :

Le premier point d’entrée de l’infection est généralement l’entrée d’air frais. Les producteurs en serre doivent intégrer et utiliser des moustiquaires comme pré-filtre, puis au minimum stériliser l’air en utilisant des stérilisateurs d’air UV.

CONSEIL 6 :

En plus des stérilisateurs d’air UV, les producteurs en serre et en intérieur doivent utiliser des filtres HEPA sur tout l’air entrant chaque fois que possible. Filtrer et stériliser tout l’air recyclé peut aider à empêcher la prolifération des moisissures dans les zones de culture.

Solutions durables

La production durable peut aider les producteurs à réduire les déchets coûteux et à se différencier sur un marché encombré. Le recyclage des eaux usées est l’une des nombreuses pratiques durables que les producteurs devraient envisager dans leurs activités. Malheureusement, certains producteurs prennent des raccourcis et réutilisent l’eau non traitée parce qu’ils sont limités dans l’équipement qu’ils peuvent utiliser en raison de contraintes financières ou d’espace. Mais la réutilisation d’eau non stérilisée est une recette pour le désastre ; elle peut perturber votre pH et vos niveaux de nutriments ou propager des maladies dans toute votre culture, car il suffit d’une seule plante pour infecter l’approvisionnement en eau.

CONSEIL 7 :

Les producteurs doivent toujours filtrer et stériliser correctement leur eau avant de la réutiliser. Ils doivent filtrer l’eau recyclée par osmose inverse avant de l’utiliser. Ensuite, ils doivent stériliser l’eau à l’aide de stérilisateurs UV ou d’ozone.

CONSEIL 8 :

Si la durabilité est une priorité pour vous, utilisez, dans la mesure du possible, des matériaux recyclés dans les emballages et les lignes d’irrigation. Dans un monde parfait, tous les déchets de cannabis seraient transformés en emballages pour les produits du cannabis. Par exemple, les cultivateurs peuvent fabriquer du plastique à partir de la cellulose dérivée des déchets d’extraction et peuvent utiliser la pulpe des souches et des tiges ainsi que celle de la biomasse et des déchets d’extraction pour les emballages.

À mesure que la demande d’emballages recyclés augmente, nous verrons probablement une augmentation de la disponibilité des matériaux recyclés dans toute la chaîne d’approvisionnement.

Meilleures pratiques de séchage et de maturation

La densité des bourgeons est un facteur important au stade du séchage et de la maturation. Les petits bourgeons sèchent plus vite que les gros, ce qui signifie que si vous attendez que les gros bourgeons sèchent complètement, les petits et moyens bourgeons seront surséchés. Les bourgeons surséchés ont moins de terpènes disponibles, car ils s’évaporent avec l’eau pendant le processus de séchage, ce qui rend les bourgeons moins savoureux et aromatiques qu’ils n’auraient pu l’être, d’où une expérience de consommation terne.

CONSEIL 9 :

Triez les gros, moyens et petits bourgeons pour mieux contrôler le taux de séchage de chacun. De plus, si les cultivateurs séparent et sèchent les bourgeons en fonction de leur taille, puis recombinent chaque lot au fur et à mesure qu’il sèche, le résultat final est généralement plus homogène et moins aromatique. Voir https://geneve.news/que-faut-il-pour-cultiver-du-cbd-chez-soi/ pour en savoir plus sur la culture Indoor !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code