Ingrédients de maquillage

Dès 4000 avant J.-C., les Égyptiens utilisaient des matériaux pour concevoir le maquillage. Parmi les produits cosmétiques les plus courants de l’Égypte ancienne, on trouve
La malachite, un minerai de cuivre, qui fournissait la couleur verte du maquillage pour les yeux, si appréciée à l’époque
Le khôl, utilisé pour dessiner des lignes noires épaisses et distinctives, donnant une forme d’amande aux yeux
L’ocre rouge, qui était utilisé comme rouge ou couleur des lèvres
Le henné, qui était largement utilisé pour teindre le bout des doigts et des orteils
Une fois les ingrédients réunis, il a fallu une longue préparation pour les rendre prêts à être utilisés. Les minéraux étaient broyés en poudre, puis mélangés à un agent porteur (souvent de la graisse animale) afin de faciliter leur application et leur maintien sur la peau.

Maquillage des yeux égyptiens

Maquillage des yeux
Les Égyptiens utilisaient surtout la galène (plus connue sous le nom de khôl) et la poudre de malachite (un minéral vert) pour le maquillage des yeux. La galène était une peinture noire qui protégeait les yeux du soleil, tandis que la poudre de malachite faisait paraître les yeux plus grands et protégeait ceux qui la portaient. Les deux étaient appliquées à l’aide d’ivoire, de bois ou de bâtons en métal.
Le noir était surtout utilisé autour des yeux et une forme en amande ou d’inspiration féline était la norme. Cependant, la galène pouvait également être appliquée sur les sourcils et les cils pour plus de définition. Le pigment vert était placé sur toute la paupière et sous l’arcade sourcilière. Bien que les styles aient varié au fil du temps, le noir et le vert étaient des éléments de beauté de base dans l’Égypte ancienne.
Les raisons cosmétiques jouaient un grand rôle dans l’application quotidienne du maquillage des yeux, mais il était également utilisé pour la santé et la protection. Les hommes et les femmes participaient à ce rituel élaboré pour diverses raisons, comme une façon d’imiter les dieux, de protéger la peau du soleil (le khôl était censé repousser les mouches et éloigner les infections, entre autres choses), et d’offrir une protection contre le mal (on pensait que les yeux non maquillés étaient vulnérables au mauvais œil). En conséquence, le maquillage est devenu une source de pouvoir personnel.
Boîte à cosmétiques du Cupbearer Kemeni
La façon la plus évidente de différencier la classe supérieure des pauvres était de regarder leurs applicateurs et leur stockage. Alors que tout le monde avait accès aux produits utilisés pour décorer la peau, les plus pauvres comptaient sur les pots et les bâtons en argile. Ceux qui avaient de l’argent disposaient de récipients et d’applicateurs en ivoire magnifiquement sculptés et ornés de bijoux.

Accentuer la bouche

Accentuer la bouche avec les techniques de maquillage égyptiennes
Bien que les yeux aient la plus grande importance, les hommes et les femmes attirent également l’attention sur les lèvres. Cela se faisait généralement à l’aide de l’ocre rouge. Il était souvent appliqué seul, mais dans de nombreux cas, il était mélangé à de la résine ou de la gomme pour une apparence plus durable. Selon un article de Harvard sur l’histoire du rouge à lèvres, les couleurs les plus populaires étaient le rouge, l’orange, le magenta et le bleu-noir.
Cléopâtre portait un rouge à lèvres rouge unique créé à partir de fleurs, d’ocre rouge, d’écailles de poisson, de fourmis écrasées, de carmin et de cire d’abeille. Sa couleur caractéristique a fait du rouge un choix populaire et, par conséquent, l’utilisation du carmin s’est répandue. Les ingrédients étaient mélangés dans des bols en laiton ou en bois (selon les classes) et une fois la couleur créée, elle pouvait être appliquée directement sur les lèvres. Pour ce faire, on utilisait des bâtonnets de bois mouillés qui servaient de pinceau applicateur.
Les Égyptiens ont choisi d’accentuer la bouche pour de nombreuses raisons cosmétiques. Non seulement les couleurs vives attiraient l’attention sur cette zone, mais l’application était liée au statut social. Selon l’historienne de la beauté Rachel Weingarten, dans un article de Bustle sur le rouge à lèvres, les membres de la royauté et de la classe supérieure portaient des peintures à lèvres pour mettre en valeur leur statut dans la société. C’est devenu un symbole de sophistication et d’importance, plutôt qu’un simple article de beauté.
Bien que les hommes et les femmes pauvres portaient également des rouges à lèvres faits à la main, il était largement considéré comme un objet de la classe supérieure. C’est pourquoi les femmes aisées étaient souvent enterrées avec deux pots de peinture à lèvres ou plus.
Donner de la couleur aux joues

Maquillage rouge pour la couleur des joues

Tout comme les peintures pour les lèvres, l’ocre rouge était couramment utilisé pour ajouter de la couleur aux joues. Le processus de création de ce fard à joues a commencé par l’extraction de l’argile naturellement teintée (oxyde de fer hydraté) du sol avant qu’elle ne soit lavée pour séparer le sable de l’ocre. On la laissait ensuite sécher au soleil pour rendre la couleur naturelle plus éclatante. Parfois, on la laissait brûler pour obtenir une teinte plus intense.
Une fois le pigment créé, il était mélangé à de l’eau pour une application plus douce. Cela créait une tache, similaire aux nombreuses taches sur les lèvres et les joues qui sont sur le marché aujourd’hui. Les Égyptiens appliquaient ce mélange fait à la main sur les pommes de leurs joues à l’aide d’un pinceau en bois mouillé. Le résultat final était une rougeur visible que les hommes et les femmes admiraient.
Si l’apparence était certainement un facteur à prendre en compte lorsqu’il s’agissait de parer les joues, l’ocre rouge faisait plus que simplement embellir les gens. Les gens de cette époque utilisaient le pigment pour se protéger. Voir aussi https://nyon.news/maquillage-permanent/ pour en savoir plus sur le sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code