Peut-être que depuis la nuit des temps, les êtres humains se sont activement engagés dans la poursuite de l’amélioration personnelle. Il n’est donc pas surprenant que la chirurgie plastique soit l’un des plus anciens traitements de guérison au monde. L’utilisation de moyens chirurgicaux pour corriger des blessures au visage est documentée depuis plus de 4 000 ans.

Femme subissant une liposuccion

La chirurgie plastique a commencé par des greffes de peau dans l’Inde ancienne
Les médecins de l’Inde ancienne utilisaient des greffes de peau pour la chirurgie reconstructive dès 800 avant J.-C. Plus tard, dans les pays européens, les progrès de la chirurgie plastique ont été lents à venir. Cependant, la médecine orientale s’est tournée plus volontiers vers la chirurgie plastique, et de nombreux cas de greffes de peau et de chirurgie réparatrice ont été enregistrés au cours de l’histoire dans cette partie du monde.
Dans l’ensemble, les progrès de la chirurgie plastique, comme ceux de la médecine, ont été lents au cours des quelques milliers d’années qui ont suivi, car les techniques utilisées en Inde ont été introduites en Occident, puis affinées et adaptées à de nouvelles applications. Cependant, des progrès ont été réalisés en médecine pendant la période gréco-romaine, et ces progrès ont été documentés dans des textes anciens qui ont été diffusés au fil du temps dans toute la civilisation.
C’est à cette époque que l’écrivain médical romain Aulus Cornelius Celsus a écrit De Medicina qui exposait les méthodes chirurgicales pour la reconstruction des oreilles, des lèvres et du nez.2 Puis, au début de la période byzantine, Oribasius a compilé une encyclopédie médicale complète intitulée Synagogue Medicae. Cet ouvrage en 70 volumes contenait de nombreux passages consacrés aux techniques de reconstruction des défauts du visage.

Le Moyen Âge et la Renaissance

Bien que la pratique de la chirurgie reconstructive se soit poursuivie tout au long du haut Moyen Âge, d’autres développements importants ont été relativement paralysés par la chute de Rome et la propagation du christianisme. En grande partie, la science a cédé la place au mysticisme et à la religion. En fait, à un certain moment de cette période, le pape Innocent III a déclaré que la chirurgie sous toutes ses formes était expressément interdite par la loi de l’Église.
Dans l’ensemble, la recherche de connaissances scientifiques a été remplacée par une concentration sur des préoccupations plus personnelles et spirituelles. En outre, la sécurité des patients en chirurgie était encore plus compromise par l’absence de normes d’hygiène et de propreté. Cependant, quelques avancées mineures ont été réalisées, notamment la mise au point au dixième siècle d’une procédure de réparation d’une fente labiale.
Pendant la Renaissance, les progrès scientifiques et technologiques ont été plus importants, ce qui a permis de mettre au point des techniques chirurgicales plus sûres et plus efficaces. Un texte islamique du XVe siècle intitulé Imperial Surgery a été rédigé par Serafeddin Sabuncuoglu et comprend 191 sujets chirurgicaux. On y traite de la chirurgie maxillo-faciale et de la chirurgie des paupières. Il comprend également un protocole pour le traitement de la gynécomastie qui est censé être le fondement de la méthode moderne de réduction chirurgicale des seins.

Les progrès nés de la guerre

Au cours du XVIIe siècle, la chirurgie plastique était à nouveau sur le déclin, mais à la fin du XVIIIe siècle, le pendule avait basculé dans l’autre sens. Cependant, les prochaines grandes avancées de la chirurgie plastique ne seront pas avant le XXe siècle, lorsque les victimes de la guerre feront de la chirurgie plastique reconstructive une nécessité pour de nombreux soldats. En fait, c’est la première guerre mondiale qui a amené la chirurgie plastique à un nouveau niveau au sein de l’establishment médical.
Les médecins militaires ont dû traiter de nombreuses blessures faciales et crâniennes étendues causées par des armes modernes, dont on n’avait guère vu l’équivalent auparavant. Ces graves blessures ont nécessité de nouvelles innovations courageuses dans les procédures de chirurgie reconstructive. Certains des chirurgiens les plus compétents d’Europe ont consacré leur pratique à rétablir l’intégrité des soldats de leur pays pendant et après la guerre.
C’est en fait à cette époque que les chirurgiens ont commencé à réaliser pleinement l’influence potentielle que l’apparence personnelle d’une personne pouvait exercer sur le degré de réussite de sa vie. Grâce à cette prise de conscience, la chirurgie esthétique a commencé à prendre sa place en tant qu’aspect un peu plus respecté de la chirurgie plastique.
Ces progrès ont également entraîné une meilleure compréhension de l’anesthésie et de la prévention des infections, ce qui a permis aux chirurgiens d’effectuer une plus grande variété de procédures de plus en plus complexes. Ces procédures comprennent les premiers cas enregistrés de chirurgie qui n’était vraiment que de nature « esthétique », comme les premières rhinoplasties et les premières augmentations mammaires.

Histoire de la chirurgie plastique aux États-Unis

Si bon nombre de ces progrès médicaux sont originaires d’Europe, d’autres avancées chirurgicales ont été réalisées aux États-Unis, notamment la première opération de fente palatine en 1827, qui a été réalisée par le Dr John Peter Mettauer à l’aide d’instruments chirurgicaux de sa propre conception.4 Toutefois, ce n’est qu’au début du XXe siècle que la chirurgie plastique moderne a été reconnue comme sa propre spécialité médicale.

HISTOIRE DE LA CHIRURGIE PLASTIQUE

La chirurgie plastique, esthétique et reconstructive n’est pas seulement une question de beauté, mais une source de récupération de la santé et de l’estime de soi, comme le démontre sa propre histoire. La chirurgie esthétique en soi n’est pas du tout synonyme de frivolité – comme on peut parfois le penser en raison des mauvaises pratiques ou des abus commis – puisqu’elle permet la guérison physique et mentale des patients, ainsi que la prévention des traumatismes ou la correction des défauts congénitaux. Il est vrai que certaines interventions ont un caractère plus esthétique que d’autres (augmentation mammaire par rapport à la reconstruction d’un sein amputé, par exemple) mais ce fait constitue l’essence même de ce type de chirurgie, avec la diversité des applications que cette discipline médicale a, a eu et aura pour contribuer à améliorer la qualité de vie des personnes.

L’ORIGINE QUI EST NÉE DE LA NÉCESSITÉ

Papyrus Edwin SmithLa chirurgie plastique et esthétique n’est pas une pratique récente, mais remonte à 3 000 ans avant Jésus-Christ, lorsqu’en Égypte ancienne, les premières reconstructions faciales ont été réalisées pour des blessures de guerre et autres traumatismes. Ces informations sont contenues dans le papyrus dit d’Edwin Smith, découvert en 1862 dans la ville de Louxor (Thèbes) par un intrépide égyptologue américain qui, bien qu’il ne sache pas comment le traduire lorsqu’il l’a eu entre les mains, a senti qu’il s’agissait d’un document de grande importance. On a découvert par la suite qu’il s’agissait d’un traité de chirurgie plastique et, qui plus est, du plus ancien document médico-scientifique du monde.

La trace suivante de la chirurgie plastique et esthétique ancienne a été documentée en Inde par un chirurgien nommé Sushruta, 600 ans avant Jésus-Christ. Ce médecin a publié un ouvrage intitulé Sushruta Samhita où il parle des procédures et des instruments chirurgicaux de reconstruction utilisés depuis 2 500 ans avant J.-C., et mentionne déjà des concepts tels que la greffe ou le lambeau. À cette époque, les amputations nasales étaient fréquentes en guise de punition. Des techniques ont donc également été développées pour reconstruire le nez de ces victimes.

Après les siècles, dans l’Empire romain, l’écrivain Aulus Cornelius Celsus décrit 25 ans avant J.-C. un type de rabat plus avancé. Mais l’école gréco-romaine et les connaissances sur cette discipline se sont poursuivies dans l’histoire, et leurs résultats ont été compilés plus tard dans l’Empire byzantin (l’Empire romain d’Orient qui a survécu à la chute de l’Empire d’Occident). À cette époque, Oribasius – médecin royal du IVe siècle – a inclus dans son encyclopédie médicale Synagogue Medicae deux volumes consacrés à la reconstruction des différentes parties du visage (front, oreilles, joues, sourcils et nez), et l’on trouve déjà dans ces écrits des indications pour effectuer de telles interventions sans déformer les traits du patient.

L’ÉPOQUE DU DÉCLIN ET DU BOOM QUI A SUIVI

Tous les progrès réalisés à Rome au cours des premiers siècles se sont arrêtés à cause de l’interdiction stricte de la chirurgie par ordre de l’Église. Nous sommes au Moyen Âge, une phase sombre pour la connaissance en général, qui a duré jusqu’au 15e siècle. Plus précisément, c’est au XIIIe siècle que le pape Innocent III a interdit ce type de pratiques reconstructives ; la beauté n’était pas encore le but des interventions chirurgicales. Au cours de ces années, la médecine est devenue une expérience qui, aujourd’hui, n’aurait plus aucun sens puisque le contact direct avec le patient était évité, car ce n’était pas honorable.

Il a fallu attendre la splendide Renaissance, au XVe siècle, pour que la chirurgie plastique revienne dans le monde médical et connaisse son premier essor. En Turquie, le chirurgien ottoman Sabuncioglou a décrit pour la première fois des techniques pour le traitement de la gynécomastie (volume excessif des seins masculins), où les motifs esthétiques de la chirurgie plastique primaire originaire d’Égypte entrent déjà en ligne de compte. Toujours à la Renaissance, dans l’Italie du XVIe siècle, Gaspar Tagliacozzi, un chirurgien de Bologne, s’est spécialisé dans la reconstruction nasale en utilisant la peau de l’avant-bras (lambeau de peau brachiale). Cette technique, cependant, est issue du savoir indien – apporté en Italie par les Arabes – et a été mise en pratique pour la première fois par les Siciliens Gustavo et Antonio Branca, respectivement père et fils.

À la fin de l’âge d’or des arts et des sciences, une période de déclin culturel recommence, et il faut attendre le XIXe siècle pour que l’activité scientifique reprenne et que de nouvelles avancées en matière de chirurgie plastique apparaissent.

LES ANTÉCÉDENTS DE LA NOUVELLE CHIRURGIE

Au cours du XIXe siècle, la chirurgie plastique a véritablement pris son essor et s’est imposée comme une spécialité de la chirurgie générale, grâce aussi aux premières applications de l’anesthésie. Elle restera fondamentalement liée à son aspect restaurateur, même si des interventions occasionnelles sont réalisées à des fins esthétiques. Le terme « plastique » a été utilisé pour la première fois en 1798 par Desault, et fait référence au mot grec « plastikós », qui signifie former. Quelques années plus tard, Von Graefe l’inclut dans sa monographie Rhinoplastik, mais c’est l’Allemand Edmund Zeiss qui, en 1838, popularise et établit ce terme.

Tout au long de ce siècle, de nombreux scientifiques et chirurgiens ont apporté une contribution importante à l’histoire de la chirurgie plastique et esthétique. Certaines d’entre elles peuvent nous sembler anecdotiques aujourd’hui, comme par exemple lorsque l’Allemand Dieffenbach utilisait des sangsues pour réduire la congestion veineuse des lambeaux en 1827. D’autres noms remarquables de cette période sont, entre autres, Baronio, avec sa première greffe de peau de pleine épaisseur (Milan, 1804) ou Delpech, qui a été le premier à publier la reconstruction de la lèvre inférieure avec de la peau du cou (Montpellier, 1823). Mais il faut encore attendre plus d’une décennie pour la publication du premier traité général de chirurgie plastique, publié par Philippe-Frédéric Blandin en 1836.

Enfin, et en faisant un petit résumé par ordre chronologique, au milieu du XIXe siècle Baudens et Szymanowski ont introduit d’importants progrès dans la chirurgie des paupières, et, pour sa part, dans le domaine de la chirurgie du nez, il convient de mentionner John O. Roe qui a utilisé pour la première fois en 1887 la voie intranasale.

LES GUERRES ET LE GRAND PAS DE GÉANT

Avec la Première Guerre mondiale, et plus tard avec la Seconde Guerre mondiale (première moitié du XXe siècle), le développement de la chirurgie plastique a pris son essor définitif : de nouvelles techniques étaient nécessaires pour soigner les millions de blessés. L’une des plus grandes figures de la profession à cette époque est Harold Gillies, qui a diffusé en 1917 une méthode de transplantation de tissus qui sera ensuite utilisée pendant de nombreuses années pour la reconstruction de défauts faciaux. C’est également à cette époque que la microchirurgie est née. Nombreux sont les noms qui ont écrit l’histoire de cette spécialité médicale avec leurs propres mérites, et qui ont perfectionné les réalisations de leurs collègues prédécesseurs. Par exemple, en Allemagne, Perthes a pratiqué une fente entre les deux premiers métacarpiens afin de créer une pince pour réparer la perte d’un pouce. Avec un curieux patronyme, Salmon, originaire de Marseille, a publié en 1936 plusieurs études sur la vascularisation cutanée, y compris les radiographies de contraste. Pour sa part, et avec le long titre Nasenplastik und sonstige Gesichtsplastik, l’Allemand Jacques Joseph a réalisé une avancée très importante en matière de rhinoplastie. Des guildes et des associations ont également commencé à voir le jour, dont deux des plus éminentes dans un pays qui, jusqu’alors, n’avait pas connu autant de succès dans le domaine de la chirurgie esthétique qu’aujourd’hui : les États-Unis. Ces entités sont l' »American Association of Oral and Plastic Surgeons », née en 1921, et l' »American Board of Plastic Surgery », de 1937.

Mais c’est dans la seconde moitié de ce siècle que la motivation esthétique commencera à prendre de plus en plus de force, et que la chirurgie plastique esthétique commencera à acquérir la dimension et la pertinence actuelles. La réimplantation microchirurgicale de membres après amputation commence à mûrir, ainsi que la chirurgie craniomaxillofaciale, et d’autres procédures aussi connues aujourd’hui que la liposuccion ou les implants en silicone, comme nous le verrons plus loin.

HISTOIRE DE L’INTERVENTION LA PLUS CONNUE : LES IMPLANTS MAMMAIRES

Si la chirurgie plastique et esthétique en général est née comme solution aux terribles blessures de la guerre et aux punitions des crimes commis, les interventions sur le sein ont commencé à être pratiquées par la nécessité de reconstruire le sein amputé de certaines femmes. Selon les études sur la question, la première référence date de 1887 : le chirurgien français Verneuil a utilisé un fragment d’un sein sain pour reconstruire l’autre. Quelques années plus tard, en 1895, le professeur de chirurgie allemand Czerny a publié un cas de reconstruction après une mastectomie où, étonnamment, l’implant s’est avéré être une grosse tumeur extraite de la propre région lombaire de la patiente.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code