Au début du XIXe siècle

Le sport et les jeux n’intéressent guère les directeurs des grandes écoles publiques. L’implication était parcimonieuse, si ce n’est qu’elle intervenait lorsque nécessaire pour prévenir des incidents isolés de violence et de brutalité entre garçons ou pour mettre fin aux actions des garçons qui se déchaînaient sur les terrains voisins des écoles.
Cependant, au fil du siècle, les nouveaux éducateurs ont de plus en plus accepté de voir la valeur des jeux et les caractéristiques que leur participation pouvait contribuer à développer. En effet, la Commission Clarendon de 1864 a félicité les principales écoles publiques, dont Winchester, pour « leur amour du sport et de l’exercice sain ». On estimait que, malgré les sévères punitions administrées par le système de la pédophilie, les jeux apprenaient aux Anglais « à gouverner les autres et à se contrôler ». De telles qualités de leader étaient ce que Thomas Arnold, en tant que directeur de l’école de rugby (1828-1942), considérait comme fondamental pour le développement de la discipline et de la moralité chez les gentlemen et devenaient des qualités essentielles à encourager par le biais du système des préfectures.
Vers le milieu du siècle, les jeux avaient été formellement adoptés par les directeurs, à tel point qu’ils ont commencé à employer des maîtres uniquement pour leurs compétences en matière de jeux. L’émergence du sport dans le cadre de l’offre scolaire officielle dans les écoles publiques a été rapide et en l’espace de vingt ans, les écoles sont passées de courses occasionnelles de « lièvres et chiens » à des rencontres sportives complètes.

En 1845, le steeple-chase annuel d’Eton a commencé, suivi de ceux de Cheltenham et Harrow en 1853, du rugby en 1856 et de Winchester en 1857.

Le courage et l’endurance étaient également des traits physiques essentiels qui pouvaient être développés par le jeu et le football a certainement contribué à promouvoir activement ces vertus. Grâce à une instruction plus formelle, un processus de civilisation s’est mis en place, par lequel la mêlée, ou ses dérivés idiosyncrasiques comme le « Hot » à Winchester, est devenue une institution des écoles publiques.
« Des caractéristiques telles que le leadership, la discipline, le travail d’équipe, la coopération, la résilience et la détermination sont aussi appréciées aujourd’hui par les employeurs qu’elles l’étaient à la fin du XIXe siècle ».

Le premier record de football joué à Winchester remonte à 1825, avec 25 joueurs de chaque côté, les buts étaient à 27 mètres et n’étaient qu’une ligne coupée dans la terre, sans barre transversale (bien qu’aucun but ne puisse être marqué au-dessus de cinq mètres de haut). Le jeu était extrêmement physique et comme le dribble était interdit, l’un des principaux objectifs du jeu était de faire redescendre les tirs de l’adversaire, ce qui était considéré comme une activité très pénible. En effet, selon d’autres sources, le football à Winchester était connu pour être particulièrement violent, les garçons étant régulièrement emmenés à l’hôpital avec des os cassés.
Il est intéressant de noter que de tels maux ne semblaient pas dissuader leurs camarades de l’équipe qui attendaient pour prendre la place des blessés. Cela pourrait bien être la raison pour laquelle nous avons encore aujourd’hui un banc de remplacement de cinq hommes dans les XV. C’est probablement la simple douleur physique du jeu qui a empêché son adoption à l’université, mais le jeu de football de Winchester a probablement servi de modèle au jeu de terrain introduit à Eton.
C’est dans la mémoire de deux auteurs (C. Wordsworth et A. Leach) que l’on peut lire que les règles du jeu de Winchester n’ont été imprimées qu’en 1863 et qu’au départ le football de Winchester a été mal organisé jusqu’en 1839 au moins, les matchs n’étant organisés que la veille au soir. Néanmoins, au dire de tous, les préfets étaient régimentaires et efficaces dans leur traitement des juniors « en insistant pour qu’ils restent debout, souvent tremblants, pendant plus d’une heure simplement pour renvoyer le ballon s’il n’est pas joué ».
Le football dans les différentes écoles publiques reste très insulaire, les garçons conservant les aspects distinctifs de leur jeu, caractérisés par leurs règles souvent uniques et particulières. Il n’est pas surprenant que ces jeux ne se prêtent pas à des contacts avec des équipes extérieures ou d’autres écoles et, bien qu’il soit faux de suggérer que les footballeurs de ces écoles restent éloignés des étrangers, il y a très peu d’interaction.

Cette situation a lentement commencé à changer vers le milieu du XIXe siècle

Lorsque des directeurs plus ouverts d’esprit ont compris la nécessité de remettre en question l’élitisme aveugle qui consistait à ne jouer qu’entre eux, même s’il existait encore une sorte de division. Jusqu’aux années 1840, Harrow ne reconnaissait qu’Eton, Winchester, Westminster et Charterhouse comme des écoles publiques et bien qu’il n’y ait aucune preuve de snobisme affectant les interactions entre les écoles publiques sur le terrain de football, il n’est nullement impossible qu’il ait été un facteur déterminant dans la sélection d’adversaires appropriés.
Le contact entre les écoles publiques sur le terrain de football semble avoir été suggéré pour la première fois en 1827, lorsque les Wykehamistes ont défié Eton lors d’un match sur l’hippodrome d’Egham. Eton a rejeté le défi parce que Winchester avait stipulé que les deux équipes devaient « porter des guêtres hautes et des bottes de boue » (Eton College Magazine vii (5 novembre 1832).
Le véritable catalyseur d’un programme plus fréquent de rencontres interscolaires a été la formalisation d’un ensemble de règles codifiées. Une réunion des représentants des principales écoles publiques s’est tenue à l’université de Cambridge en 1848 dans le but avoué de normaliser les parties jouées entre elles. Pendant plusieurs années, les différentes institutions se sont affrontées en partageant les règles de leur version respective du football et en jouant une mi-temps avec un seul ensemble de règles, puis en échangeant pour la seconde mi-temps. Les règles de Cambridge ont été dûment notées et ont constitué le code qui a été adopté par les équipes de football d’Eton, Harrow, Rugby, Shrewsbury et Winchester. Cela a également permis de garantir que lorsque les étudiants arrivaient à Cambridge, ils jouaient tous avec les mêmes règles.
Bien que le développement du football ait jusqu’à présent suscité le plus d’attention, à l’exception de l’étrange mention du steeple-chase, des sports tels que le cricket, l’aviron, le tennis et l’athlétisme étaient également des composantes essentielles du programme sportif scolaire au cours du XIXe siècle. La philosophie qui sous-tend la promotion de ces sports est le fait qu’ils sont considérés comme un moyen d’inculquer des valeurs telles que la camaraderie et la coopération. Parallèlement à ces vertus, l’accent était mis sur la création de l’archétype du gentleman amateur qui pratiquait le sport non seulement selon les règles écrites mais aussi selon le concept plus noble de l’esprit du jeu. De plus, l’incarnation du gentleman amateur était quelqu’un qui pouvait jouer plusieurs jeux extrêmement bien sans donner l’impression d’être tendu ou de devoir s’adonner à un entraînement physique supplémentaire. Voir https://geneve.news/annuaire/Suisse/sport/ pour en savoir plus !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code