La virtualisation est le processus qui consiste à faire fonctionner une instance virtuelle d’un système informatique dans une couche abstraite du matériel réel. Le plus souvent, il s’agit de l’exécution simultanée de plusieurs systèmes d’exploitation sur un système informatique. Pour les applications s’exécutant sur la machine virtualisée, il peut sembler qu’elles se trouvent sur leur propre machine dédiée, où le système d’exploitation, les bibliothèques et les autres programmes sont propres au système virtualisé invité et non connectés au système d’exploitation hôte qui se trouve en dessous.

Il existe de nombreuses raisons pour lesquelles les gens utilisent la virtualisation en informatique.

Pour les utilisateurs d’ordinateurs de bureau, l’utilisation la plus courante est de pouvoir exécuter des applications destinées à un système d’exploitation différent sans avoir à changer d’ordinateur ou à redémarrer dans un autre système. Pour les administrateurs de serveurs, la virtualisation offre également la possibilité d’exécuter différents systèmes d’exploitation, mais peut-être plus important encore, elle offre un moyen de segmenter un grand système en de nombreuses parties plus petites, permettant au serveur d’être utilisé plus efficacement par un certain nombre d’utilisateurs différents ou d’applications ayant des besoins différents. Il permet également l’isolation, en gardant les programmes en cours d’exécution à l’intérieur d’une machine virtuelle à l’abri des processus se déroulant dans une autre machine virtuelle sur le même hôte.
• Qu’est-ce qu’un hyperviseur ?
• En savoir plus sur la virtualisation
• Comprendre la virtualisation
• Qu’est-ce que Vagrant ?

Guide de démarrage de la virtualisation

Un hyperviseur est un programme permettant de créer et de faire fonctionner des machines virtuelles. Les hyperviseurs ont traditionnellement été divisés en deux classes : les hyperviseurs de type un, ou « bare metal », qui font tourner des machines virtuelles invitées directement sur le matériel d’un système, se comportant essentiellement comme un système d’exploitation. Les hyperviseurs de type 2, ou « hébergés », se comportent davantage comme des applications traditionnelles qui peuvent être lancées et arrêtées comme un programme normal.
Dans les systèmes modernes, cette distinction est moins répandue, en particulier avec des systèmes comme KVM. KVM, abréviation de « kernel-based virtual machine », est une partie du noyau Linux qui peut faire fonctionner des machines virtuelles directement, bien que vous puissiez toujours utiliser un système faisant fonctionner des machines virtuelles KVM comme un ordinateur normal lui-même.

Qu’est-ce qu’une machine virtuelle ?

Une machine virtuelle est l’équivalent émulé d’un système informatique qui fonctionne par-dessus un autre système. Les machines virtuelles peuvent avoir accès à un nombre illimité de ressources : puissance de calcul, grâce à un accès assisté mais limité au processeur et à la mémoire de la machine hôte ; un ou plusieurs périphériques de disque physique ou virtuel pour le stockage ; une inferface réseau virtuelle ou réelle ; ainsi que tout périphérique tel que des cartes vidéo, des périphériques USB ou tout autre matériel partagé avec la machine virtuelle. Si la machine virtuelle est stockée sur un disque virtuel, on parle souvent d’image disque. Une image de disque peut contenir les fichiers nécessaires au démarrage d’une machine virtuelle ou tout autre besoin de stockage spécifique.

Quelle est la différence entre un conteneur et une machine virtuelle ?

Vous avez peut-être entendu parler des conteneurs Linux, qui sont conceptuellement similaires aux machines virtuelles, mais qui fonctionnent un peu différemment. Alors que les conteneurs et les machines virtuelles permettent d’exécuter des applications dans un environnement isolé, ce qui vous permet d’en empiler plusieurs sur la même machine comme s’il s’agissait d’ordinateurs séparés, les conteneurs ne sont pas des machines complètes et indépendantes.
Un conteneur n’est en fait qu’un processus isolé qui partage le même noyau Linux que le système d’exploitation hôte, ainsi que les bibliothèques et autres fichiers nécessaires à l’exécution du programme s’exécutant à l’intérieur du conteneur, souvent avec une interface réseau telle que le conteneur peut être exposé au monde de la même manière qu’une machine virtuelle. En règle générale, les conteneurs sont conçus pour exécuter un seul programme, par opposition à l’émulation d’un serveur polyvalent complet. Voir https://evok.com/fr/serveur-dedie-virtuel-suisse/ pour en savoir plus !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code